GNIS

Plantes oléagineuses

Nourrir et renforcer nos collaborations

Ces deux dernières années, la Section s’est concentrée sur les actions techniques pour faire face à des impasses agronomiques et environnementales de production, dans un marché en forte progression. L’excellence de nos semences, représentant la filière France, reste notre priorité, avec un marché à l’export à hauteur de 50 %. Nous poursuivons ainsi ce travail technique, tout en accentuant nos démarches sur la compétitivité économique et de marché, ainsi que sur les aspects plus réglementaires relatifs à notre filière. Les oléagineux ont un grand rôle à jouer pour relever le défi de la transition agroécologique du modèle agricole actuel.

Laurent Bourdil,Président de la section Plantes oléagineuses

© Gnis-Paul Dutronc
© Shutterstock

Le 21 mars 2019, un colloque organisé par le GNIS et l’Anamso, mettant en valeur les collaborations indispensables entre la filière apicole et la filière des semences oléagineuses, a réuni plus de 190 personnes. Celui‑ci s’inscrit dans le prolongement d’un premier rendez‑vous, en 2011, où avaient été amorcés des axes de collaboration : une charte de bonnes pratiques, le site Beewapy qui facilite les rencontres entre apiculteurs et agriculteurs, et le programme de recherche Polapis qui s’attache à comprendre les mécanismes de la pollinisation. Les participants du colloque ont ainsi pu faire, huit ans plus tard, le point sur les avancées techniques et contractuelles qui unissent les professionnels et ont conclu sur la pertinence de ce partenariat.

Entre ces deux rendez-vous, le développement de la filière semences oléagineuses, dû à l’évolution du marché à l’export et à la reconnaissance des agriculteurs utilisateurs de l’excellence des producteurs français, a permis l’augmentation du nombre d’agriculteurs multiplicateurs de près de 30 %. Les relations entre agriculteurs multiplicateurs et apiculteurs s’en sont trouvées confirmées et étoffées. Ces avancées sont autant d’encouragements pour les professionnels à poursuivre leurs recherches et leurs collaborations.

Les interventions ont fait l’objet d’une série de vidéos, consultables sur le site du GNIS.

Depuis la non‑reconduction de l’homologation du dessicant principal en oléagineux, qui permettait d’accélérer la maturité des semences de tournesol et de colza, ainsi que de planifier et sécuriser la récolte et la qualité des semences, la filière se mobilise pour trouver des alternatives. Si des essais en colza et soja se sont montrés concluants, la culture du tournesol s’avère plus difficile. En 2018, de nouvelles barres de coupe semblaient prometteuses. En 2019, les efforts se sont concentrés sur le séchage, au travers notamment de la construction d’un mini‑séchoir d’expérimentation. Les recherches permettront de déterminer des critères de séchage de référence, tels que la température de séchage du tournesol, la hauteur de chargement des bennes, et de mettre au point l’outil. Celui‑ci sera ensuite essayé sur d’autres territoires. Depuis le mois d’août 2019, l’outil est testé sur les récoltes de tournesol, avec en fin d’année une phase d’ajustement, et des premiers résultats exploitables début 2020. L’objectif étant, à terme, de définir les conditions de séchage optimales pour le tournesol, potentiellement variables en fonction des régions et des conditions climatiques.

La Section poursuit son travail de connaissance des autres pays producteurs de semences de plantes oléagineuses. Après s’être intéressée en 2018, à deux pays producteurs, l’Espagne et la Turquie, elle s’est tournée vers la Russie et l’Ukraine, où plus de 50 % de la production française de semences d’oléagineux est exportée. Un voyage d’étude de dix jours a réuni une dizaine de professionnels du secteur, dans le but de comprendre le contexte des échanges sur place. La délégation a pu ainsi rencontrer des personnalités officielles (ministères en charge de l’agriculture, ambassades, …), des associations de producteurs, des entreprises françaises installées sur place et des entreprises locales. Ce voyage clôture le travail comparatif mené depuis deux ans avec l’Anamso et permet de mieux connaître le contexte agricole, économique, politique et règlementaire des pays acteurs du secteur.

En 2019, la Section a mené d’autres actions :

  • Animation du blog de veille phytosanitaire Phytolea
  • Dossiers agronomiques liés à la culture de semences oléagineuses
  • Expérimentations de culture de colza en association avec des plantes compagnes
  • Élaboration d’indicateurs interprofessionnels technico‑économique sur les coûts de productions et les marchés
  • Poursuite de sa participation à la plateforme TAB (Techniques alternatives et biologiques), en partenariat avec Terres Inovia, dans le cadre de la recherche d’alternatives aux produits phytosanitaires en culture et récolte
  • Gestion et communication sur les zones protégées de tournesol semences
  • Expertise et communication sur le sujet des abeilles et de la pollinisation
  • Acquisition de références économiques de la filière à l’international et de l’étude comparative de la compétitivité de la production française sur le marché mondial
  • Évolution de la convention‑type de multiplication des semences
  • Grilles « Tournesol semences » et « Colza semences » constituant des outils d’aide à la décision de prise en charge des aléas climatiques sur la récolte, par les experts en assurance
  • Réédition de la plaquette de promotion des semences certifiées de Soja